Débrancher la machine à pensées

Débrancher la machine à pensées

Aujourd’hui, je vais vous parler du livre « Débrancher la machine à pensées » de Denis Faïck des éditions Eyrolles – 2017.
« Quand le mental se questionne, le corps s’interpelle. Quand le corps s’affole, il réagit ».
Peut-on calmer le mental en toute circonstance ? Un corps qui souffre. Un mental qui subit : tristesse, mal-être, etc.

Dans notre société actuelle, la place du corps est très importante. Hélas, nous avons trop souvent tendance à séparer le mental du corps. Être conscient de quelque chose, c’est sentir pleinement son corps, le mental qui s’investit dans le corps. Il faut apprendre à retourner à l’essentiel.

À l’aide d’exercices de Conscience Corporelle Approfondie (ECCAP), Denis Faïck nous permet de vivre pleinement notre corps pour nous libérer du mental.
Au fil du livre, Denis Faïck met à notre disposition des exercices pour soulager les maux les plus fréquents de la vie. Des pratiques impactantes.

Sa mission : bannir le mental de ses toxicités et d’améliorer le corps dans son ensemble.

  • Que vous soyez confronté à une situation de crise avant ou pendant une réunion pénible.
  • Que vous ayez peur de prendre l’avion.
  • Que vous soyez tourmenté par des pensées obsédantes.
  • Que vous souhaitiez résoudre des douleurs liées au corps, une solution existe.

Mais avant toute chose, découvrons le corps dans son ensemble.

Le mouvement et le corps

Vivre en harmonie, c’est avoir la faculté de pouvoir trouver un juste équilibre entre son corps intérieur et son corps extérieur. La parfaite osmose.

D’un côté, nous avons le corps intérieur, celui que nous freinons un peu. Nous devons sans cesse contenir nos émotions, ne pas les exprimer ou les montrer, tenir le corps en laisse, ne pas sortir des limites.

La partie du corps qui nous fait le plus défaut, que nous avons tellement de mal à maitriser, à comprendre. On rumine. On ressasse. Des paroles permanentes. Des phrases incontrôlables dont l’emprise est si forte que notre mental pense trop.

De l’autre, nous avons le corps extérieur. Le corps image, apparence, performance. Le corps visible que nous mettons en avant. Celui qui cache notre corps intérieur. On pratique alors du sport. Un moyen pour se calmer, s’équilibrer. Hélas dans ces moments-là, nous rencontrons une absence réelle de conscience du corps. Les gestes pratiqués sont juste mécaniques. Il faut à tout prix évacuer un stress.
Le corps négligé qui souffre pour accomplir un exploit. Nous pensons le maîtriser. Il nous contrôle, agit malgré nous.

Comment retrouver un équilibre entre le corps et le mental ?

Pour retrouver cet équilibre, nous devons réapprendre le corps dans son ensemble. Voici quelques exercices pour vous aider à vivre en harmonie avec votre corps :

– Écouter le corps : laisser sortir les émotions, les tensions cachées.

Toucher le corps : se faire masser, masser, faire des Free hug (câlins gratuits).

– Surveiller sa posture : les yeux fermés, ressentez toutes les parties du corps une après l’autre. La forme globale du corps, les contours, le volume, c’est-à-dire l’intérieur du corps. Sentez le relâchement. Le souffle devient régulier, constance, fluide. Le mental est vidé de toute son agitation pour mettre toute son énergie dans la concentration du corps. Il s’ouvre. Au fur et à mesure de l’apprentissage, tentez cet exercice en mouvement. Les bienfaits : stabilité mentale, présence, plus fort, connaissance de soi.

– Pratiquer le Tai-chi : permet un relâchement des tensions inutiles. Une maîtrise de l’énergie. Faites des mouvements lents, marcher lentement, faire des mouvements lents isolés (tête, bras, doit, visage, les yeux). Les bienfaits : augmenter la capacité de concentration, découverte de nouvelles sensations, découverte d’autres formes de conscience.

– Apaiser son mental : pratiquer la marche consciente. Les bienfaits : se recentrer, développer les sens.

– Parler en conscience : présence au monde, augmentation de la précision du débit de paroles, plus de stabilité et de confiance en soi.

– La précision des gestes : bouger les yeux fermés, s’habiller les yeux fermés, utiliser l’autre main. Les bienfaits : sensation nouvelle, approfondissement des sens, maîtrise de soi. 

Quelques exercices pour appréhender plus facilement les maux du quotidien

– Une réunion pénible :

Si vous avez un peu de temps : mettez-vous assis et faites quelques respirations complètes en inspirant et expirant par le nez.
Puis pour vous détendre encore un peu plus, en position allongée, faites une respiration sur un cycle de 4/4, 6/12, 8/16.
C’est-à-dire que l’inspiration se fait par le nez sur 4 temps, puis l’expiration se fait par le nez sur 4 temps.
Procédez de la même manière pour les 2 cycles suivants en fonction de vos capacités.

Ne vous forcez pas à faire des respirations longues si vous n’êtes pas en mesure de le faire correctement. Ici, on cherche à se détendre et non à se crisper encore plus. La pratique régulière de cet exercice basique, vous permettra d’améliorer votre souffle et vos capacités respiratoires.

Si vous manquez de temps : faites juste une expiration longue.

– Prendre l’avion :

Avant le départ : faites une respiration alternée 4/4.
À l’aide de votre pouce droit bouchez la narine droite, inspirez puis expirez.
Procédez de la même manière avec le pouce gauche/narine gauche.

Il s’agit ici de faire une dissociation entre la partie droite et la partie gauche du corps. Cela permet d’agir directement sur l’équilibre et de le restaurer.

Dans l’avion : faites une respiration alternée approfondie. C’est-à-dire que vous allez respirer dans un premier temps par la narine droite, mais sans boucher celle-ci à l’aide de votre pouce.
Procédez de la même manière avec la narine gauche.

Cette respiration est très subtile. Elle permet de ne pas se faire remarquer et d’être vraiment concentré sur soi tout en retrouvant l’équilibre du corps.

– Une idée, une pensée obsédante :

Votre esprit est tourmenté. Vous n’arrivez pas à trouver le sommeil. Tout se bouscule dans votre tête. En un instant, vous refaites le monde.

Débrancher la machine à pensées

La tension monte. Vous sentez que le stress qui l’accompagne a un effet négatif sur vous. Votre tension artérielle augmente. Sans même le savoir et vous en rendre compte, vous sécrétez anormalement du cortisol. Vous vous sentez tout à coup déprimé. Résultat : le corps n’est plus considéré.

Exercice : utiliser la puissance du souffle. Faites une expulsion violente de l’air. Autant de fois que vous en ressentez le besoin. Allez-y : libérez tout ce stress accumulé.

Denis Faïck veut nous montrer qu’à l’aide de quelques exercices simples nous pouvons apprendre à débrancher la machine à pensées. Tout est à notre disposition. Il n’existe pas de secret bien gardé. Il suffit juste d’être à travers le corps.

5 minutes de pratique quotidienne suffiront à :

  • Lâcher prise ;
  • Prendre conscience du corps en mouvement ;
  • Dire halte aux ruminations ;
  • Calmer son mental enragé.

 

Bonne pratique.

 

Mes ressources : Débrancher la machine à pensées

Retrouvez l’infographie de cet article ici.

et

Retrouvez la mind map de cet article là.

 

 

 

4 Comments

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Scroll Up