Quand le corps en dit plus long que les mots

Discussion

On pense toujours, trop rapidement, que les mots ont le monopole de la conversation lors d’un échange verbal. Que les mots peuvent tout exprimer, donner du sens.
Mais observer un peu les gens autour de vous. N’y a-t-il pas des éléments qui pourraient vous donner des indications sur les personnes, leur état d’esprit, leurs réactions imminentes … ?

D’après vous, quelle est la partie du corps qui fournie le plus d’information sur un individu ? Le visage pensons nous immédiatement.

Et bien plus encore…

Les gestes, les expressions du visage, la position du corps, des mains, des pieds, … sont autant de comportements qui en disent bien long sur vous.

Petit conseil : surveillez les pieds. Le visage nous trahit trop facilement.

Dans le jargon, on appelle cela : la communication non-verbale.

Qu’est-ce que la communication non-verbale ?

La communication non-verbale désigne dans une conversation tous les échanges pour lesquels nous n’avons pas recours à la parole. Le corps parle pour nous au travers de nos gestes, nos attitudes, nos expressions du visage, nos mimiques, les odeurs, etc.

Elle représente la plus grande partie de nos moyens d’expression.

La communication non-verbale s’intéresse aussi à l’environnement, c’est-à-dire le lieu dans lequel les interactions se passent. Il est quasiment impossible de ne pas avoir de communication non-verbale.

Elle est utile pour compléter le message verbal et permet d’accentuer et de faciliter la compréhension de ce qui est dit.

Pour que la communication soit réussie, il doit exister une concordance parfaite entre le message verbal et le non-verbal. Les mots véhiculent des sens. Le non-verbal marque.

Il est alors important de savoir les lire et les interpréter. Mais cela n’est pas sans risques.

Les risques de la communication non-verbale

Il faut pourtant toujours rester prudent et vigilant lors de ces échanges. Ne tombez surtout pas dans le piège des interprétations trop rapide ou farfelues. Se baser uniquement sur le non-verbal peut conduire à de grosses erreurs.

Notez bien que le non-verbal est un complément de ce qui est dit et ne s’y substitue pas. Ce ne doit jamais être une finalité en soi.

Les principaux éléments de communication non-verbale

Il y a ceux auxquels nous pensons immédiatement :

– La posture ;

– Les mouvements du corps et gestuelle ;

– Nos mimiques ou mouvement du visage ;

– Les mouvements du regards ;

– Nos changements biologiques inconscients ;

– Les larmes, les pleurs, les rires, le hoquet ;

– Etc.

Et ceux auxquels nous ne pensons peut-être pas forcément, mais dont l’importance est significative :

– Les gestes emblématiques spécifiques à une culture ;

– La peinture, la danse, la musique, la sculpture, les arts martiaux sont des modes de communication non-verbale ;

– Les vêtements, le maquillage, le tatouage, … sont autant de moyens qui permettent de communiquer avec son entourage pour montrer sa différence, son besoin d’appartenance, d’existence ;

– Les silences, les rituels, l’espace ;

– Etc.

 

Les émotions

Comment décoder le langage de la communication non-verbale ? Quelques indices.

– Le visage

Sourire en coin = un manque d’intérêt, de sérieux

Mordillement des lèvres = la gêne

Main soutenant le menton, sourcils froncés = une réflexion, une préoccupation

– La tête

Hochement d’avant en arrière = en signe d’approbation

– Les mains

Main tendue = en signe de paix

Poing levé = en signe de révolte

Doigt pointé vers la porte = « sortez ! »

Hochement de la main = « au revoir »

Se taper dans les mains = satisfaction

– Le corps

Croiser les bras ou les jambes = indique une fermeture

Dos courbé = indique un état de soumission, un manque de responsabilité

Mouvements saccadés, répétés et rapides = indiques des signes d’anxiété

Tape sous la table = marque l’agacement, l’irritation, l’ennui, l’amour, etc

Se gratter, se tortiller les cheveux, réajuster ses lunettes = se donner une contenance, évacuer des tensions, gérer l’émotion

– La voix

À peine audible, une élocution rapide = signe d’anxiété

Un timbre de voix claire, une prononciation parfaite, une respiration contrôlée = marquent les preuves d’un discours assumé

– Les yeux

Si le clignement des yeux ou le battement des paupières s’accélère, nous pouvons supposer qu’il existe un sentiment d’excitation ou de stress chez la personne ou encore que la question l’inquiète et qu’elle s’apprête à mentir.

Un regard fuyant ou focalisé sur les détails de son environnement envoie un message corrompu qui met en lumière un manque de capacités relationnelles.

Un regard insistant vers le haut prouve un manque d’écoute et une tendance à regarder sur sa gauche la manifestation du mensonge ou de la dissimulation ou de la réflexion.

Le froncement des sourcils signifie un mécontentement.

Un clin d’œil définit que le message n’est pas à prendre au sérieux.

Un regard soutenu peut marquer une certaine hostilité.

Les yeux grands ouverts notent une ouverture d’esprit et une certaine empathie envers les autres.

Les yeux sont le miroir de l’âme.

– Le silence

Les silences sont indispensables à l’écoute de l’autre. Certains silences sont même lourds de sens.

Il existe de multiples silences :

– La personne est furieuse, offensée, irritée, n’est pas en paix, cherche à s’isoler.

– Elle est attentive et écoute l’autre pour comprendre son message et le recevoir. Cela évite d’être trop impulsif et de ne pas réfléchir suffisamment au poids du retour de ces propres paroles.

– La personne s’ennuie ou n’a rien à dire

– Elle s’interroge

– La personne exprime du respect

– La personne exprime de la supériorité, de l’arrogance.

Certains silences sont réciproques. Il n’y a pas besoin de paroles pour se comprendre.

Au même titre que dans la communication verbale ou non-verbale, le silence doit être interprété et analysé en fonction du contexte.

Un silence peut être approprié ou inapproprié.

Vous connaissez sans doute l’adage qui dit :

« Tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler. »
ou encore
« Le silence est d’or. »

– L’apparence

C’est un élément majeur des premières impressions que l’on a d’une personne : vêtement, coiffure, maquillage, accessoires, etc.

Le choix se fait généralement en fonction de l’âge, du physique, de la situation professionnelle, des goûts personnels, du milieu social, etc.

Nous voulons donner une certaine image de nous-même : image de soi, celle que l’on aimerait donner ou celle perçue par les autres.

Les rituels de la communication non-verbale.

On distingue aussi les rituels de salutation : se serrer la main, s’embrasser, s’incliner.

Ces rituels de salutation varient selon les pays, les milieux sociaux.

Pour communiquer efficacement, il est nécessaire de connaître ces rituels afin de comprendre et de prendre en compte les coutumes de chacun afin de ne pas se heurter.

– L’espace

La gestuelle doit être réalisée dans un espace qu’il convient de respecter et de ne pas franchir, sans risquer de créer soit un malaise, soit de mettre la personne dans une situation où elle se sent agressée ou déstabilisée.

J’appelle cette zone : l’espace vital à ne pas franchir.

– De 15 à 45 cm = distance intime = confidence :

Présence de l’autre s’impose, le contact physique domine, les mains peuvent se joindre, distorsion du système visuel, la voix est étouffée.

– De 45 à 1,20 m = distance personnelle = relations professionnelles, amicales :

Distance de longueur de bras, à la limite de l’emprise physique,

– De 1,20 à 3,50 m = distance sociale = marque la fonction de chacun

Frontière de la limite de pouvoir, le timbre de la voix est normale, le corps entier devient visible, distance de politesse, de formalité,

– + de 3,50 m) = distance publique = face à un public :

Défense lors d’une menace, fuite.

– Les gestes de désignation

Ils renvoient au contexte spatial et temporel (ici, là-bas, là derrière, tout de suite…), souvent à l’aide de l’index pointé dans la direction concernée ou par un mouvement du menton.

– Les gestes iconiques

Il s’agit de dessiner un objet dans l’espace, simuler un geste à partir d’un objet invisible par exemple.

“On se téléphone ?”= main près de l’oreille ;

“Avez-vous du feu ?” = geste d’allumer un briquet.

– Le langage des signes

Le langage des signes est la gestuelle que les personnes sourdes ont développés pour communiquer entre elles.

La communication non verbale

Pour ceux qui veulent s’entraîner.

Voici quelques petits exercices simples que vous pouvez pratiquer quand bon vous semble :

– Regardez les comportements des gens, dans les transports publics, salles d’attente, terrasses de café, etc …

– Observez les rituels : choix des places dans une salle de spectacle, dans un restaurant, près de la porte, près d’un mur, isolé des autres, …

– Observez le langage non-verbal et paraverbal sans prêter trop d’attention au contenu de ce qui est dit,

– Regardez attentivement les débats télévisés, …

– Synchroniser vos gestes avec ceux de la personne avec qui vous êtes en relation.

Les actes en disent plus long que les mots.

Ils sont produits pour renforcer le discours, l’embellir ou le préciser.

Ce sont ceux qui expriment nos émotions et nos intentions.

Quelques profils types que vous pourrez facilement identifier.

– Le menteur

Il aura tendance à dissimuler son visage,

Il clignera plus rapidement des yeux,

Son regard ira vers la droite,

Il arborera un sourire forcé,

Son corps sera plus rigide, sur la défensive.

– L’honnête

Se penchera légèrement vers vous, buste en avant, position détendue,

Ses pupilles seront généralement dilatées,

Son sourire sera chaleureux.

– La gêne

Joues rouges,

Se racle la gorge plus souvent,

Évite de croiser le regard,

Cherche à s’occuper pour ne plus y penser, se rendre invisible.

– La confiance

Position droite, de face, les mains dans le dos,

Port de tête haute.

– Sur la défensive

Regard fuyant,

Hausse légère du ton de la voix.

– L’ennui

Regard fixe, vague,

Peu de clignement des yeux,

Menton dans la paume de la main,

Difficulté pour capter son attention.

– L’agressivité

Position du corps beaucoup trop proche

Le regard grave, furieux.

Une communication non-verbale efficace.

Voici quelques conseils pour vous aider à communiquer plus efficacement :

– Adopter une attitude d’ouverture et de curiosité,

– Soyez à l’affût des incohérences. Le non-verbal doit renforcer votre message verbal. Vous devez donc vous assurer qu’ils concordent.

– Accordez votre pleine attention à votre interlocuteur. Montrez que vous êtes présent et que vous ne demandez qu’à le comprendre. Penchez-vous légèrement vers la personne.

– Placez-vous bien en face. Maintenez un contact visuel. Ne croisez pas les bras. Adoptez une position ouverte et détendue.

– Indiquez à la personne que vous comprenez et que vous vous souciez de ce qu’elle vous dit. – Hochements de tête et expressions du visage appropriées : «Ah!», «Hum!», «Oh!» + gestes cohérents des yeux et du visage.

Les gestes qui sauvent.

– Le regard bienveillant.

– Désigner et sourire.

– Le baiser en l’air.

– La main sur le cœur.

– Le sourire tracé en l’air.

– S’entendre sur un signe pour avertir que la colère ou une émotion intense monte.

– La main tendue en signe de stop.

– Les deux bras ouverts et le sourire pour inviter aux câlins.

– Les deux mains jointes : la sagesse et la sérénité.

– Le doigt qui désigne le cerveau : souviens-toi.

– Mains vers le bas en faisant des mouvements d’amortis : ralentis.

Soyez attentif. Le langage non-verbal est tout un art. C’est un autre degré de communication. Un code de vie. Une utilisation appropriée vous permettra de créer un climat de confiance et de transparence, ce qui peut améliorer la qualité de vos relations.

Tous ces modes d’expressions permettent de pouvoir communiquer entre des personnes de langues différentes. Sans même nous en rendre compte, nous abusons tous de ces gestes dans notre quotidien.

Les expressions non-verbales les plus universelles sont le rire et l’expression de la douleur.

Attention cependant à ne pas partir du principe que ces signaux sont universels. Il faut impérativement les interpréter en fonction du contexte. Dans un autre pays que la France, la signification d’un geste n’a pas forcément la même signification que dans le pays où vous vous situez.

 

Retrouvez l’infographie de cet article ici.

et

Retrouvez la mind map de cet article .

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Scroll Up